LES HORMONES

ET LA NUTRITION

Pourquoi se préoccuper des hormones en matière de nutrition ?

Petits messagers chimiques qui agissent à distance sur des récepteurs spécifiques, les hormones sont les moyens de transmission du corps.

Sans ces petits messagers, rien ne peut s'accomplir :

le corps s'engorge, le métabolisme est au point mort, l'énergie se met aux abonnés absents .

En matière de nutrition, tout régime devient inopérant … ou, au mieux, traîne en longueur.

La thyroïde, d'accord ….

C'est généralement le bouc émissaire des problèmes de poids, celle que l'on va montrer du doigt en premier.

Mais, beaucoup de thyroïdes font parfaitement leur travail … alors que la perte de poids résiste à tous les bons conseils nutritionnels !

…mais aussi les autres hormones

On oublie bien souvent que les hormones travaillent en synergie et qu'il existe d'autres coupables que ce petit nœud papillon qui se trouve à la base de la gorge.

Quelques exemples:

 

Une surproduction d'insuline, accompagnée d'une carence en testostérone va produire cette disproportion des cuisses et des fesses, résistante à tous conseils de nutrition équilibrée…

 

Une DHEA effondrée sera l'une des causes principales, du petit "bidon" réfractaire à tous les exercices physiques…

 

Un manque d'estrogènes et de progestérone occasionne la perte des courbe féminines (taille, notamment) de la femme ménopausée et qu'aucun exercice de gymnastique ne peut restaurer

 

Un manque d'hormone de croissance, responsable de l'affaissement des tissus … (rides, bajoues, ventre et triceps pendant, affaissement de l'intérieur des cuisses. cellulite) et de la gynomastie (pseudos-seins chez

  l'homme ).

 

Un manque de cortisol contraint à se ruer sur le sucre. Ou son excès empêchera la réussite de tout plan alimentaire… etc…

Diagnostiquer d'abord...

Minuscules, nos hormones savent toutefois très bien se faire comprendre. Sans exiger des connaissances scientifiques très élaborées.

Il suffit de regarder. Un visage en pleine lune, un aspect bouffi, des paupières tombantes , des yeux cernés, des lèvres de plus en plus amincies… ce sont des messages hormonaux . Tout comme la cellulite, le ventre graisseux et les seins trop volumineux. A chaque carence hormonale, simple ou composée, correspond une distribution pondérale spécifique sur le corps.

Il suffit aussi de questionner. Sur la fatigue ressentie, par exemple. Car la difficulté de se lever le matin n'a pas la même origine que la fatigue permanente, ou la récupération difficile après l'effort. Idem pour l'angoisse qui se traduit parfois en sur-émotivité ou … en agressivité … selon le fonctionnement hormonal . Quant aux problèmes de mémoire, ils ont eux aussi leurs carences et leurs expressions différentes : distraction, perte de mémoire, lenteur de la réflexion.

La première chose à faire sera donc d'effectuer un pré-diagnostic. Puis, par un questionnaire spécialisé, de trouver l'importance et la hiérarchisation des carences.

Traiter ensuite …

Tout ne peut pas être traité par de la nutrition ou des changements d'habitudes.

Certaines carences, dont l'importance sera déterminée par une questionnaire, nécessiteront une confirmation par des analyses sanguines et des traitements prescrits par un médecin. Ils seront alors effectués sur la base de demandes étayées par des observations précises et qui seront jugées crédibles.

Quant à la nutrition, elle tiendra compte des particularité de ces carences par la mise au point d'un programme personnalisé qui portera ses fruits, tenant compte de tous les éléments.

A différence de carence …

différence de nutrition !

En effet, on ne nourrit pas de la même manière, une personne qui présente un excès de cortisol et celle qui en manque. Même si toutes deux présentent des excès pondéraux !!!!

Idem en ce qui concerne les carences en hormone thyroïdiennes, DHEA, progestérone et testostérone, mélatonine, etc...

Un véritable thérapeute de la nutrition se doit donc tout d'abord de rechercher les raisons d'une prise pondérale. Ignorer les carences hormonales - ou les résumer a un unique problème de thyroïde - revient à ignorer les signaux d'un corps qui crie au secours. Et à proposer bien souvent des programmes inopérants.

Se ruer sur le sucre, surconsommer des glucides, marquer une répulsion pour la viande, se noyer dans le café … traduisent des niveaux niveau de carences bien spécifiques. Qui vont, au mieux, empêcher les pertes de poids - ou les provoquer là où elles ne sont pas souhaitées- ou, au pire, dégénérer en de véritables pathologies (l'hyper insulinémie et le diabète par exemple) .

 

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player